Tags, Blogs et Vidéos populaires sur placement

Quels placements et pour quoi faire ?

Les placements sont un moyen de faire fructifier une épargne.

Les caractéristiques d’un placement sont :

* Le caractère immobilier ou mobilier : l’actif est dans le premier cas un appartement, une maison, un immeuble, un garage, etc. alors que dans le deuxième cas des placements financiers, tels qu’actions, obligations, sicavs, trackers, matières premières, des valeurs monétaires, des contrats d’assurance vie, des œuvres d’art. Il faut distinguer l’actif qui peut être mobilier de l’actif sous-jacent qui peut être immobilier, à l’exemple d’un fond immobilier (SCPI).

* La liquidité : un placement est liquide lorsque les transactions sur le marché s’effectuent simplement et rapidement. Pour cela, l’offre et la demande doivent être suffisant. Ainsi par exemple, l’investissement dans des actions de sociétés du CAC40 est liquide alors que celui dans des petites entreprises ne l’est pas. Un placement mobilier est en général plus liquide qu’un investissement immobilier

* Le terme : l’investisseur doit déterminer l’horizon du placement, qui peut être de court terme, en général s’il souhaite pouvoir mobiliser son épargne pour un projet prévu à court terme ou de moyen à long terme, si l’épargne est investie en prévision d’une retraite. Le terme peut être non défini, comme dans l’épargne de précaution, mais l’investissement doit dans être considéré comme de court terme

* La faculté de sortir du placement sans pénalité : outre le manque de liquidité, d’autres aspects, par exemple fiscaux ou légaux peuvent rendre la sortie défavorable (assurance vie), voire impossible sauf situations particulières (PERP)

La première motivation du choix d’un placement est d’avoir compris la nature du placement et d’être convaincu de son intérêt, car l’investisseur est celui qui in fine est responsable du choix.

D’autres motivations qui peuvent orienter le choix d’un placement, que l’on peut formuler par les questions suivantes :

* Correspond-il au type d’épargne à disposition, qu’elle soit de précaution, pour un projet futur prévu à une date plutôt précise ou pour la retraite ?

Une épargne de précaution pourra se placer sur un fond en Euros d’une assurance vie à frais d’entrée modérés, et pour petite partie sur des livrets réglementés. Dans le cas d’une épargne pour un projet prévu, par exemple une acquisition immobilière, pourra se placer uniquement sur un fond en Euros d’une assurance vie. Enfin, une épargne en vue de la retraite se placera avantageusement sur des actions, via une assurance vie ou/et un PEA, avec sortie progressive proche de la retraite.

* Permet-il une défiscalisation avantageuse ?

Outre les produits qui supportent une fiscalité avantageuse (assurance vie, PEA, livrets réglementés), certains investissements permet de diminuer l’impôt sur le revenu, le cas le plus important en pratique étant l’amortissement accéléré d’un investissement immobilier locatif (Scellier, Robien). Un autre exemple important est l’investissement dans des parts sociales d’entreprise ou des fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI), permettant une réduction de l’ISF

* Constitue-t-il une diversification par rapport aux placements existants ?

La diversification des placements, entre investissements mobiliers et immobiliers, et dans chacune de ces classes, entre des actifs différents est une règle de prudence élémentaire. Ainsi plusieurs investissements immobiliers peuvent être réalisés dans des quartiers différents, et des placements mobiliers devraient avoir une part d’obligations, d’actions, éventuellement une petite part de matières premières, etc.

* Le placement ne supporte-t-il pas trop de frais ?

Dans le cadre d’un investissement locatif dans un logement neuf, bénéficiant d’un régime fiscal favorable, la tentation est grande de la part du promoteur de reprendre tout ou partie de cet avantage en augmentant le prix de vente. Ce cas, proche de l’arnaque, doit être absolument évité. Un autre exemple est les fonds communs de placement (SICAV), qui peuvent à leur tour être constitué d’autres fonds (fonds de fonds). Cet empilement de fonds provoque une addition de frais, souvent peu détectables pour l’investisseur, mais qui font fondre la performance. Les frais visibles sont des frais de gestion ainsi que des commissions de surperformance, octroyés dès lors que le fond connaît une meilleure évolution que l’indice boursier de référence, même si cette performance est négative. L’investisseur pourra se tourner avantageusement vers des trackers, qui sont des fonds ultra simplifiés reproduisant strictement un indice. Très peu chers du point de vue des frais, ils permettent également de s’exposer de manière homogène aux actions d’une place boursière.

Plus de ressources sur le sujet:

Articles de blogs (363) | Vidéos (36)
 

Tags

immo / placements financiers / taux / financier / assurance vie / placement